SURFACE FINISHING SOLUTIONS
Les peintures en poudre

Les peintures en poudre

Les peintures en poudre sont des peintures thermodurcissables sans solvant qui s'appliquent au moyen d'un procédé de production comportant trois étapes. La peinture en poudre s'applique sur les pièces à recouvrir au moyen d'un dispositif de pulvérisation électrostatique ou par procédé triboélectrique ; elle est ensuite fondue et réticulée par chauffage de la pièce entre 150 °C et 200 °C.

La success story de la peinture en poudre dans le traitement industriel des surfaces commence dans les années 1960 (Histoire du revêtement en poudre) et continue à se développer, car cette technologie présente les avantages suivants:

  • Elle ne contient pas de solvant
  • Le taux d'utilisation du matériau est de près de 100 %
  • L'utilisation est facile et propre
  • Elle s'applique sur de nombreux supports
  • Elle confère protection et décoration
  • TIGER Coatings propose l'assortiment standard de couleurs et d'effets le plus complet.

La production de la peinture en poudre

Les peintures en poudre TIGER Drylac® sont des matériaux de revêtement sans solvant, composés de différentes résines synthétiques, de pigments ainsi que d'additifs spéciaux permettant d'obtenir des qualités de surfaces exceptionnelles. Les matières premières des peintures en poudre sont traitées dans un procédés de production en trois étapes (prémélange, extrusion, broyage) pour obtenir une poudre de peinture fine. Les peintures présentent un spectre granulométrique déterminé en fonction des applications.

Les peintures en poudre ne contiennent aucun solvant contrairement aux peintures liquides. La peinture en poudre s'applique sur les pièces à recouvrir au moyen d'un dispositif de pulvérisation  électrostatique ou par procédé triboélectrique, elle est ensuite fondue et réticulée par chauffage de la pièce entre 160 °C et 200 °C.

Histoire du revêtement par poudre

L'histoire des revêtements par poudre commence fin des années 1940 et début des années 1950. Une époque où les polymères organiques sous forme de poudre étaient pulvérisés à la flamme sur des supports métalliques. Le Dr. Erwin Gemmer, un scientifique allemand, développa le procédé de revêtement en lit fluidisé pour l'application des peintures en poudre duroplastiques et breveta le procédé en mai 1953. Entre 1958 et 1965, tous les revêtements par poudre, du moins pour les applications fonctionnelles avec des épaisseurs de 150 µm à 500 µm, étaient appliqués au moyen du procédé en lit fluidisé. L'isolement électrique, la résistance à la corrosion et à l'abrasion étaient au premier plan. Les matériaux de revêtement de cette époque étaient constitués de nylon 11, CAB, polyéthylène, PVC plastifié, polyester et polyether chloré. À la même époque apparaissaient les époxydes duroplastiques, p. ex. pour les lave-vaisselle (PVC), pour l'isolation thermique (époxy), pour les accessoires nautiques (nylon) et les meubles métalliques (PVC, CAB). C'est l'entreprise Bosch, à la recherche d'un isolant électrique, qui développa la poudre de résine époxy.

Les épaisseurs de couches étant bien trop importantes pour de nombreuses applications avec le procédé par lit fluidisé, ce procédé céda la place aux procédés de traitement électrostatiques des peintures en poudre rapidement développés entre 1962 et 1964 aux USA et distribués en Europe. Les pistolets d'application électrostatiques de la société Sames ont rendu possible ce bond technologique. Les quatre types fondamentaux de duroplastiques, encore déterminants aujourd'hui, ont été développés et commercialisés Entre 1966 et 1973 : Les époxy, les hybrides époxi-polyester, les polyuréthanes et les polyesters. Le nombre d'installations de revêtement par poudre passa de 4 en 1966 à 51 en 1970 en Allemagne. Depuis le début des années 1970, la peinture en poudre commença son ascension mondiale bien que la croissance du marché des peintures en poudre resta faible jusqu'aux années 1980. Les installations étaient trop onéreuses jusque là, les épaisseurs de couches trop élevées pour être rentables, les problèmes de changement de couleur et des températures de réticulation importantes limitaient considérablement la variété de teintes, des effets et des substrats.

Depuis le début des années 1980, les peintures en poudre ont connu une croissance continue, stimulée par les innovations permanentes des matières premières, le perfectionnement du savoir-faire en formulation, par les progrès dans les technologies d'application et par le développement de nouvelles applications (p. ex. l'application sur les MDF et le coil coating), sans parler des contraintes environnementales qui amèneront d'autres avancées dans les années à venir.

les sources
Association professionnelle des industries chimiques autrichiennes, « Notre peinture et son avenir »,Édition mars 1991 ; modifiée 2 C. Herrmann, "Principes du revêtement par poudre", avril 1999, documents de formation interne, TIGER Coatings GmbH & Co. KGThe Powder Coating Institute, "Powder Coating. The Complete Finisher's Handbook", deuxième édition, 1999J. Pietschmann, "Industrielle Pulverbeschichtung", ouvrage spécialisé JOT, Octobre 2002, S. 1J. Pietschmann, « Industrielle Pulverbeschichtung », ouvrage spécialisé JOT, Octobre 2002, p. 1, modifiéJ. Pietschmann, « Industrielle Pulverbeschichtung », ouvrage spécialisé JOT, Octobre 2002, p. 2A. Goldschmidt/H. J. Streitberger, Manuel de techniques de peinture BASF, BASF Coatings AG, Münster, Éditions Vincentz Verlag, p. 596, 2002 ; en partie modifié

Choose language
Contact us